Récit complet Londres-Mexico Autojournal juin 1970

Imagela rubrique fourre tout, l'actualité, les médias, la marque, les coups de gueule.
Et pas uniquement sur CITROËN.
Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
olive
rare comme un V8 22CV
Messages : 6075
Inscription : mar. 4 mai 2010 15:53
Localisation : 78-Conflans ste Honorine
Contact :

Récit complet Londres-Mexico Autojournal juin 1970

Message : # 127Message olive
mar. 11 mai 2010 00:17

Bonjour,
Je vous propose dans ce post, petit à petit, la retranscription du reportage d'André Costa, Alberto Martinez et Jean-François Tourtet.
Pour en alléger la lecture et car nous sommes tous friands de photos, j'ai agrémenté le texte de photos trouvées sur le net.
Toutes les photos sont donc de l'auto-journal sauf avis contraire.

Le parcours :

PHOTO : http://www.forum-auto.com

Le Départ :
DS 21 Carbu n° 12 R. Neyret / J Terramorsi

NB : cette photo est un lien direct sur la page, je n'ai pas fais de copie, le copyright est donc respecté je pense.
Cette photo est tirée de l'excellent document vidéo du site : http://www.britishpathe.com/record.php?id=72782






D'abord Wembley-Mexico ressemble autant à un rallye normal qu'une marche forcée dans le Tibesti (région du Tchad, NDLR)à la promenade dominicale dans le bois de Boulogne. Ce n'est même pas un rallye du tout, mais une course et qui plus est, une course sur des chemins ravinés bordée de pampas infinies ou de précipices vertigineux. Avant même d'aborder la Cordillère des Andes et le Chili, on passe par ces pays où les chiffres tombent comme autant de couperets : Brésil 4 % de routes revêtues, Uruguay 20 %, Argentine 14 %, Enfin, quand les organisateurs exigent, l'air de rien,110 de moyenne sur des pistes de cet acabit, il faut pratiquer l'understatement britannique avec un fanatisme tout particulier pour oser baptiser cette incroyable cavalcade rocailleuse et poussiéreuse du nom de rallye.

Et puis, il y a les distances et, croyez-nous, le travail sur une carte au 1/10000000, ça réserve des surprises.

- Dis, Alberto, après avoir photographié les
passages à Porte Alegre, tu crois qu'on trouvera un avion pour Montevideo ?
- Je ne sais pas : il n'y en a pas tous les jours mais on peut rejoindre l'Uruguay par le car,.
- C'est long ?
- Oh, deux jours !...
Silence..,
- Dites. Trautmann, si on prend une voiture à Lima pour aller vous voir vers Cuzco, on passera ?
- Pour passer, vous passerez : seulement faites quand même attention, vous en avez pour 950 km.

Re-silence. .


Wembley-Mexico, c'est l'épreuve sans pronostics et même sans informations, Dans la chambre 400 de l'Hôtel Gloria, deux Britanniques expliquent laborieusement à René Cotton que les voitures seront débarquées le lendemain et pas avant, lorsqu'un cameraman de la TV, brésilienne s'avance vers nous. Il a le sourire :

- J'ai eu de la chance ce matin, sur le port, j'ai filmé trois de vos Citroën suspendues sous la grue...

Suspense.. toussotements gênés... Personne n'était au courant, pas même les organisateurs apparemment.


PHOTOS : http://www.forum-auto.com

De toute manière. le Brésil ne comprend absolument rien à cette épreuve. Ici, on sait seulement que des excités s'amusent de temps à autre a tourner en rond avec des voitures sans ailes qui font beaucoup de bruit. Cette information est parvenue sous toutes réserves sur les rives accablées de chaleur de la plus belle baie du monde. Dans une puanteur d'essence mal raffinée toutes les voitures de Rio sont en course vingt-quatre heures sur vingt-quatre mais ce rallye où les voitures ne partent pas en même temps pour aller se perdre dans des trous perdus où personne ne va, ça les dépasse.

Parc des voitures à l'embarquement pour l'Amérique du sud.

PHOTO : Archive D Pagneux in "CITROEN en compétition".
En vente ICI
Rien ne sert de courir, il faut moteur au point Léo LELIEVRE.
L’ennemi est bête, il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !Pierre DESPROGES. ImageImage

Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
olive
rare comme un V8 22CV
Messages : 6075
Inscription : mar. 4 mai 2010 15:53
Localisation : 78-Conflans ste Honorine
Contact :

Re: Récit complet Londres-Mexico Autojournal juin 1970

Message : # 128Message olive
mar. 11 mai 2010 00:20

LA SAMBA DES PRONOSTICS

Et puis, ces voitures, personne ne les connaît au Brésil. Ici, tout le monde est vacciné au VW omniprésent produit d'origine germanique, fabriqué sur place, et qui couvre 60 % des besoins locaux, en partie avec une 1600 quatre portes inconnue partout ailleurs.

Image
PHOTO : http://www.automag.be

Au milieu du fourmillement des concurrents et des suiveurs auxquels se mêle l'ambiance presque aussi mélangée d'un congrès du Lions Club tenant ses assises dans le même hôtel, les équipes mettent la dernière main à leurs projets tactiques. Ce n'est pas une mince affaire.

René Cotton, qui rentre du Maroc où il n'a guère eu le temps de savourer la victoire de Neyret-Terramorsi, roule des yeux dans les orbites à l'une de ces cadences dont il a le secret et sa bouche esquisse une moue encore plus amère qu'à l'ordinaire. Il est fatigué et les difficultés s'amoncellent :

- Si la douane ne libère pas les voitures et les pièces avant vendredi huit heures, comment lancer dans la nature les équipes d'assistance en temps utile ?
Les mécaniciens sont quand même optimistes :
- On partira avec le gros Ford, son compteur monte à 160 !
Cotton roule des paupières de plus belle :
- Oui, mais vous n'aurez que deux heures d'avance sur les voitures et puis, vous savez. avec ces engins-là, il faut freiner avant les virages.., ce n'est pas toujours facile..

Surtout chez Citroën, les concurrents sont relativement calmes. ils préfèrent ; pour la plupart, des baignades à Copacabana aux reconnaissances fiévreuses, d'ailleurs rendues presque impossibles par le manque de voitures de service et aussi par les distances.

Image

Et puis, de temps à autre, une question qui revient :
- Dis donc. si on casse. il y aura quand même un moyen de rejoindre Mexico ?

A la vérité, la course est tellement démesurée que toute tactique se perd parmi les cols à 5000 mètres, la neige qui commence a tomber
dans le sud des Cordillères. l'oxygène qui manquera au col des Eaux Noires. le dédale lunaire de la Bolivie, sans oublier la moiteur étouffante
et les avalanches d'eau qui nous attendent en pleine saison des pluies au Guatemala, où on nous promet d'ailleurs des divertissements
plus percutants encore...

Image

En vingt jours, les voitures survivantes - les dernières tendances d'un pari officieux
en donnent neuf a l'arrivée
- vont passer en revue cet empire que l'Espagne mit un siècle à conquérir et qu'une vie entière suffirait a peine
à parcourir au pas des premiers conquistadors.
Sur la plage ou au bord de la piscine du Gloria. c'est un bruissement incessant, un encens qui s'élève vers les dieux indiens de la Pampa
et des Andes. passer, monter, tenir. repérer .. foncer. .

DS21 IE P. Vanson / O. Turcat / A. Leprince
Image
PHOTO : http://www.forum-auto.com

Chez Moskvitch,on en vient aux grandes recettes de l'armée russe : l'alliance avec les éléments dans leur forme inhospitalière si possible.
- Après Buenos Aires. enfin, la pampa, les routes défoncées. Ah ! s'il pouvait pleuvoir.... un peu de boue . . Les autres, les puissantes mécaniques patineraient.
Tout ce qui est mauvais pour les autres est bon pour Moskvitch . ..

MOSKVITCH 412 E. Lifshits / V. Schavelev
Image
PHOTO : http://www.forum-auto.com
Rien ne sert de courir, il faut moteur au point Léo LELIEVRE.
L’ennemi est bête, il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !Pierre DESPROGES. ImageImage

Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
olive
rare comme un V8 22CV
Messages : 6075
Inscription : mar. 4 mai 2010 15:53
Localisation : 78-Conflans ste Honorine
Contact :

Re: Récit complet Londres-Mexico Autojournal juin 1970

Message : # 129Message olive
mar. 11 mai 2010 00:21

LA TACTIQUE DU GÉNÉRAL POPOF

En principe si les équipages Moskvitch finissent en beauté, on pourra conférer à leurs mécanos quelques décorations inédites et destinées à récompenser leur valeureuse modestie .

Et même 40 ans plus tard..NDLR
Image
PHOTO : http://rcma.free.fr


Alors qu'en effet, toutes les assistances techniques des grands marques reconstituent les grandes manœuvres de l'invincible armada, le team Moskvitch affirme prendre le départ suivi, en tout et pour tout, de trois breaks balais..ce qui n'empêche pas leurs concurrents de prétendre que les équipes soviétiques reconnaissent le parcours depuis plus de six semaines...

Prudents, astucieux comme Ulysse, Ogier et Laurent traitent la canicule au pastis (si quelque chose doit casser, ce ne sera certainement pas leur bouteille).

DS21 IE P. Vanson / O. Turcat / A. Leprince
Image
PHOTO : http://www.forum-auto.com

Peugeot-assistance vient de débarquer, On dirait, pour la puissance, l'armée américaine en 1944 : onze à douze camions spécialement conçus et fabriqués en vue de l'expédition, dans les usines Peugeot-Safrar d'Argentine.

PEUGEOT 504 E. Ipar / E. Esteguy / J. Esteguy.
Image

Image
PHOTOS : http://www.forum-auto.com

Ogier et Laurent ont déjà « traîné » (sic) en reconnaissance (NDLR : Équipage de la PEUGEOT 504 n° 76). Mais pendant que l'équipe Ford, en toute sérénité, noue sa cravate pour aller dîner à Copacabana, un monstre extraordinaire veille, qui s'appelle l'Amérique.

FORD Escort n° ? R. Clark
Image
PHOTO : http://rcma.free.fr

L'autre jour, dans le nord du Brésil, on a intercepté une caravane... d'esclaves : leur marchand allait les vendre 18 dollars pièce à un grand propriétaire rural.
Pour la fête du petit Toto, au Mexique, les papas leur offrent de petits squelettes à ressort, jaillissant de leur cercueil : innocents jouets...
La mesure de toute chose, ici, c'est la démesure.
Rien ne sert de courir, il faut moteur au point Léo LELIEVRE.
L’ennemi est bête, il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !Pierre DESPROGES. ImageImage

Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
olive
rare comme un V8 22CV
Messages : 6075
Inscription : mar. 4 mai 2010 15:53
Localisation : 78-Conflans ste Honorine
Contact :

Re: Récit complet Londres-Mexico Autojournal juin 1970

Message : # 130Message olive
mar. 11 mai 2010 00:22

De rien Jean Marc, un peu de culture ne fait de mal à personne. 8)

ACTE 1. - BRÉSIL- URUGUAY, FIN DE SECTION, BEAUCOUP DE MONDE DESCEND

Pendant deux nuits, deux jours et 3 500 kilomètres. Les concurrents se sont mitonnés un parfait petit enfer individuel qui a vu s'effondrer les plus brillantes ambitions. Nous avons assisté au début de l'hallali, et ensuite recueilli quelques-uns des morceaux.

Une Rolls Royce Silver Shadow R k. Richards /B Bengry / D Skeffington qui ne finira pas :
Image
PHOTO : http://www.autodiva.fr

ni cette DS 21 IE P.Coltelloni / I. Marang (accident causant la mort de I. Marang, lire plus loin.)
Image
PHOTO : http://www.forum-auto.com

Il faut d'abord dresser l'un des décors, Sao Joaquim, trois mille habitants, à 150 kilomètres de toute route goudronnée, une bourgade de petites maisons en planches jetées au hasard sur une colline, l'endroit le plus froid du Brésil, le coin où il neige. C'est tout dire...

Sao Joaquim de nos jours :
Image
PHOTO : http://www.direcao.net23.net

Le Brésil que nous avons contemplé et sur lequel les couleurs ont rebondi au hasard des caillasses et des fondrières, n'est pas celui du touriste moyen. Nous avons vu, perdu dans ses merveilleuses collines sauvages, rocailleuses et boisées le gaucho moderne, il a troqué sa selle contre le volant de son camion Ford ou de son Jeepster, mais il caracole comme ses pères usant son énergie en de longs dérapages poussiéreux qu'envient les champions venus d’Europe.

Jeepster
Image
PHOTO : http://www.jpmagazine.com

Pour voir les coureurs à Sao Joaquin, nous avons fait la piste de jour et de nuit et même sous cette pluie qui rend la glaise rouge glissante comme du verglas. Nous n'étions pas seuls. L'assistance Ford était discrète mais un break 404 au toit orné de ponts arrière fixés en travers, avait littéralement dévalé jusqu'au contrôle, amenant d'Argentine deux mécanos harassés par 2 000 km de sprint incessant,
D' Argentine aussi, étaient venues à bride abattue trois 2 CV Citroën - à moteur Ami 6 - montées par des techniciens, nerveux au point de parler simultanément espagnol, portugais et italien...

DS21 IE de l'équipage Verrier / Murac
Image
PHOTO : http://www.forum-auto.com
Rien ne sert de courir, il faut moteur au point Léo LELIEVRE.
L’ennemi est bête, il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !Pierre DESPROGES. ImageImage

Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
olive
rare comme un V8 22CV
Messages : 6075
Inscription : mar. 4 mai 2010 15:53
Localisation : 78-Conflans ste Honorine
Contact :

Re: Récit complet Londres-Mexico Autojournal juin 1970

Message : # 131Message olive
mar. 11 mai 2010 00:24

Une pause en vidéo en attendant la suite......

[video]http://www.youtube.com/watch?v=WdyoB2ZF7nE[/video]
Rien ne sert de courir, il faut moteur au point Léo LELIEVRE.
L’ennemi est bête, il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !Pierre DESPROGES. ImageImage

Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
olive
rare comme un V8 22CV
Messages : 6075
Inscription : mar. 4 mai 2010 15:53
Localisation : 78-Conflans ste Honorine
Contact :

Re: Récit complet Londres-Mexico Autojournal juin 1970

Message : # 132Message olive
mar. 11 mai 2010 00:32

RODÉO AU VILLAGE

C'était le grand rodéo. Et les quelques villageois amateurs de sport automobile sentaient monter cette fièvre qui alourdit le pied droit.
On se souviendra longtemps des virages en crabe de cette Ford, giclant comme une savonnette au milieu des enfants en fuite, et aussi des dégringolades apocalyptiques d'un 3,5 tonnes Chevrolet conduit par une tête hilare qui tentait sporadiquement d'émerger parmi les huit occupants de la cabine.

Image

Et tout cela pour voir quoi ?
- D'abord pour attendre. C'est l'heure idéale. 10... 20... 30 minutes... toujours personne... Une heure. encore 30 minutes. Où sont-ils passés ?
- Et puis, ça y est, Une Escort, deux Escort, trois Escort.., Clark, Makinen, Aaltonen...

FORD Escort n° 65 R. Clark / A. Poole
Image
FORD Escort R. Aaltonen / H. Liddon
Image
FORD Escort T. Makinen / G. Staepelaere
Image
PHOTOS : http://www.forum-auto.com

Elles ratatouillent, ferraillent, tanguent, mais elles filent de bosse en bosse et disparaissent...
Deux minutes plus tard. Trautmann et Hanrioud parlent par petites phrases hachées,
R.Trautmann / B.Neyret / JP Hanrioud
Image
PHOTO : http://www.forum-auto.com C'était le 23 Avril (1970 ?) au lieudit les "4 chemins " (arrière pays de Grasse 06) lors du Londres Mexico.(photo perso RJJ)


pendant que l'assistance technique leur inonde les bougies avec l'eau du radiateur et bloque le capot. Peut-être afin que Trautmann puisse leur montrer comment il faut travailler... « spéciale » très rapide favorable aux Ford.... longs faux plats en ligne droite... on est lourd... on se traîne... deux tête-à-queue... un bras tordu...

[video]http://www.youtube.com/watch?v=j9j4AMLH92E[/video]
et ils repartent dans la poussière pendant que les mécaniciens argentins reprennent leur souffle..

DS 21 Carbu R.Trautmann / JP Hanrioud
Image
DS21 IE P. Vanson / O. Turcat / A Leprince
Image
PHOTOS : http://www.forum-auto.com
- Le défilé Escort reprend, une deux puis enfin Neyret suivi de Coltelloni. Et tout ça pour parvenir à quel résultat ?

C est l'arrivée à Montevideo où l'on mesure l'étendue du cataclysme. Les sorties de route, on ne les compte plus; les abandons notables, vous en voulez ? En voilà...

Triumph 2,5PI andrew Cowan / brian Coyle / uldarico Ossio_
Image
FORD Escort T. Makinen / G. Staepelaere
Image
PHOTOS : http://www.forum-auto.com
Rien ne sert de courir, il faut moteur au point Léo LELIEVRE.
L’ennemi est bête, il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !Pierre DESPROGES. ImageImage

Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
olive
rare comme un V8 22CV
Messages : 6075
Inscription : mar. 4 mai 2010 15:53
Localisation : 78-Conflans ste Honorine
Contact :

Re: Récit complet Londres-Mexico Autojournal juin 1970

Message : # 133Message olive
mar. 11 mai 2010 00:33

LES MAUVAISES RENCONTRES

DS 21 IE P.Coltelloni / I. Marang
Image
PHOTO : http://www.forum-auto.com


-Trautmann, out... nous y reviendrons.

Image
PHOTO : http://www.forum-auto.com

- Clark sur Escort, sortie de route, voiture ravagée, les hommes sont OK.
- Ogier et Laurent, 504 Peugeot. Un grand pont en ligne droite, balisé par de magnifiques catadioptres. Au milieu, le trou noir. Manque de pot, dans le trou, il y a une charrette, sur la charrette un fermier et, derrière le fermier, un gros cochon. A 160, la 504 fait boum dans le tas ! Pulvérisés, la charrette explose, criblant l'intérieur de la voiture de longues échardes, le fermier monte à 10 mètres avant de retomber, assis sur la route et d'entamer le chœur des vierges outragées, version Brésil-Sud. L'un des bœufs se retrouve assis à côté du fermier, l'autre est mort et le cochon également. Miracle, personne n'a plongé dans la rivière qui coule 20m en dessous et la 504, éventrée, est allée mourir 80m plus loin, dans une longue glissade. Bien attachés, Ogier et Laurent sont indemnes mais en allant placer le triangle d'accident, Ogier est frôlé par Claudine Trautmann qui broie les derniers débris puis repart.

- Chez Peugeot, c'est la déroute de l'équipe argentine. Perkins, miraculé au Portugal, est parvenu à réparer après le départ. Dix mécanos travaillant en essaim ont remplacé une portière - en peignant le nom des coureurs sur le nouvel élément, SVP- un pare-brise, deux glaces et une aile. Il est encore en course à Montevideo mais avec beaucoup de retard.

PEUGEOT 404 G Perkins / Jack F. Greene
Image
PHOTO : Presse locale scan par Augusto Basigaluz, http://rcma.free.fr

Quant à l'Argentin Migliore, il a explose son moteur 20 km après le départ. Comme il se désolait de ne pouvoir honorer un rendez-vous pris à Mexico, Peugeot lui a offert de s'enrôler dans l'assistance et, de cette manière, la voiture de Migliore continue à faire partie de la caravane.

Demain, c'est le saut en Argentine, puis la ruée vers le Pacifique et la première traversée des Andes, avant le Chili,

Image
PHOTO : http://www.forum-auto.com
Rien ne sert de courir, il faut moteur au point Léo LELIEVRE.
L’ennemi est bête, il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !Pierre DESPROGES. ImageImage

Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
olive
rare comme un V8 22CV
Messages : 6075
Inscription : mar. 4 mai 2010 15:53
Localisation : 78-Conflans ste Honorine
Contact :

Re: Récit complet Londres-Mexico Autojournal juin 1970

Message : # 134Message olive
mar. 11 mai 2010 00:34

ACTE II - BUENOS AIRES-SANTIAGO DU CHILI : LA PAMPA C'EST LONG, C'EST DROIT, MAIS ÇA SAUTE !

- Moi, ce truc, je ne trouve pas ça drôle. Le sol, c'est l'autoroute de l'Ouest mais, de temps à autre, le dos-d'âne saute littéralement à la figure et, crois-moi, là, ce n'est pas de la tarte Ce n'est pas du pilotage sur une route pareille, c'est du casse-voitures, simplement.

Cette phrase un tantinet désabusée d'un pilote français, traduit avec une précision certaine le climat un peu maussade dans lequel s'est déroulée la seconde grande étape sud-américaine. Après le magistral casse-charrette d'Ogier et de Laurent, suivi par l'abandon à rebondissements - aussi bien au propre qu'au figuré - de Trautmann-Hanrioud.

DS 21 Carbu R. Trautmann / JP. Hanrioud
Image
PHOTO : http://www.forum-auto.com


Elle avait pourtant débuté dans un climat plutôt fiévreux et Coltelloni-Marang devaient encore ajouter au suspense en offrant l'occasion à l'assistance Citroën de déployer une maestria devant laquelle tout le monde s'incline.

La culasse de la DS 21 étant a priori voilée, au grand dam du joint, René Cotton et son orchestre décidèrent un changement de culasse sur le pouce qui fut réalisé entre l'arrivée à Colonia, port d'embarquement uruguayen sur le rio de la Plata, et le départ de Buenos Aires. Ce fut une splendide partie de clés à pipe et la voiture, poussée à bras d'homme sur le ferry, fut ressortie à la ficelle par René Trautmann qui après son abandon, avait réussi à rejoindre la caravane au volant d'une voiture ruinée.

Image
PHOTO : http://www.forum-auto.com


Bien qu'absolument indemne, le Grenoblois avait le cœur gros et sa voix sourde exprimait sa tristesse en phrases hachées :
- Depuis cinq mois, je ne pensais qu'à cette course et, maintenant, je me retrouve là, à côté de ceux qui continuent. Je ne sais plus à quoi penser.., Tout ce que j'ai en tête, toutes mes notes, tout cela ne sert plus à rien... Mais c'est de ma faute, quand on sort, c'est qu'on va trop vite !
Rien ne sert de courir, il faut moteur au point Léo LELIEVRE.
L’ennemi est bête, il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !Pierre DESPROGES. ImageImage

Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
olive
rare comme un V8 22CV
Messages : 6075
Inscription : mar. 4 mai 2010 15:53
Localisation : 78-Conflans ste Honorine
Contact :

Re: Récit complet Londres-Mexico Autojournal juin 1970

Message : # 135Message olive
mar. 11 mai 2010 00:35

LE DESTIN S'ACHARNE

Et pourtant, Trautmann et Hanrioud se sont battus jusqu'au bout.

R Trautmann
Image
PHOTO : http://www.forum-auto.com

Qu'on en juge plutôt : l'accident se produit 11,9 kilomètres après le départ de l'étape spéciale uruguayenne Tacuarembó-Salto, un double S avec un pont au milieu. La voiture part en travers, cueille le muret du pont entre les deux portières, saute en l'air en effectuant un tonneau pratiquement sur place, et retombe à l'endroit, la moitié postérieure pendant hors de la route.

DS 21 Carbu R. Trautmann / JP. Hanrioud (la 2cv d'assistance est visible !)
Image
PHOTO : D Pagneux in CITROEN en COMPÉTITION.

A Tacuarembó, l'assistance Citroën écoute la radio locale qui annonce tout à coup la sortie de Trautmann. Un mécanicien part immédiatement et les spectateurs voisins de Trautmann qui écoutent la même radio, vraiment bien renseignée, lui annoncent que le secours arrive. Trautmann n'ose y croire, mais le mécanicien survient effectivement. Tout le monde s'emploie à remettre la voiture sur la route et Trautmann part ensuite - à contresens de la spéciale - jusqu'à Tacuarembó où une heure de labeur acharné parvient à rendre à la voiture une forme a peu près humaine.

Image
PHOTO : http://www.rcma.free.fr

La DS rouge repart, elle a du retard, mais une heure, qu’est-ce que c'est sur 11000 kilomètres? Seulement, à trente kilomètres de la, en franchissant un trou, la direction devient folle et Trautmann s'arrête à grand-peine. Diagnostic relais de direction cassé. En stop, Hanrioud repart pour Tacuarembó et y arrive au moment du passage de Coltelloni-Marang qui embarquent la pièce de rechange tandis qu'Hanrioud et un mécanicien repartent, toujours en stop. Trautmann est seul, découragé mais Coltelloni arrive, lui donne la pièce, le réconforte de façon extraordinaire - d'après Trautmann - et repart en lui annonçant le retour d'Hanrioud et du mécanicien. Ceux-ci surgissent de la nuit, mais le mécano secoue la tête. La pièce apportée n'est pas la bonne. Il faut ramener la voiture à Tacuarembó. Avec la direction cassée une seule solution : bloquer une roue et se diriger avec l'autre... Trautmann et Hanrioud repartent en sens inverse, au ralenti, avec une voiture presque inconduisible et les autres concurrents qui déboulent de face. En stop toujours, le mécano les a précédés à Tacuarembó.. Encore une heure de travail et ils s'en vont pour la seconde fois. Trautmann roule pied au plancher mais Hanrioud calcule et la vérité s'impose... Certes, ils ont encore le temps de rejoindre Montevideo avant la mise hors course, mais le contrôle de l'étape spéciale qu'ils sont en train d'effectuer est plus exigeant quant à la moyenne - plus de 100 km - et il sera fermé avant qu'ils y parviennent!
Alors, ils se rendent compte qu'ils se sont battus toute la nuit pour rien, sinon pour l'honneur. Il y a vraiment des cas où des hommes ont le droit de pleurer.

NDLR : mais pas les femmes !

A la frontière ITALIE-YOUGOSLAVIE le 22 Avril 1970:
Image

Austin Maxi Rosmary Smith / Alice Watson / Ginette Darolland 10ème scratch (coupe des dames)
Image
PHOTOS : http://www.forum-auto.com

En fait, il n'y a que trois jours que cette caravane folle est en Amérique Latine mais elle a déjà effacé deux pays de sa carte...
Rien ne sert de courir, il faut moteur au point Léo LELIEVRE.
L’ennemi est bête, il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !Pierre DESPROGES. ImageImage

Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
olive
rare comme un V8 22CV
Messages : 6075
Inscription : mar. 4 mai 2010 15:53
Localisation : 78-Conflans ste Honorine
Contact :

Re: Récit complet Londres-Mexico Autojournal juin 1970

Message : # 136Message olive
mar. 11 mai 2010 00:35

A MONTEVIDEO, UN MUSÉE SUR QUATRE ROUES

Le Brésil a disparu de notre mémoire, tout comme cet Uruguay aux interminables prairies, endormi dans le même sommeil que l'Espagne de 1950, coincé entre une monnaie délabrée que ses voisins refusent énergiquement de changer, et ses famines électriques qui laissent Montevideo vivre dans une pénombre mélancolique dés que la nuit tombe.

Montevideo, Uruguay, Jan 1972
Image
PHOTO : http://www.hmsminerva.info

L'Uruguay, c'est également une mine extraordinaire de vieilles voitures. La Ford A, toutes les voitures de Bonnie and Clyde sont là, en parfait état de marche, et les roues à fil de Ford T sont stockées soigneusement, sous leur emballage d'origine.

Image
PHOTO : http://www.club-obsolete-ford-france.com

L'absence totale de devises interdit l'importation de voitures modernes et, comme il faut bien conserver au pays un parc automobile, il est même interdit d'exporter ces « vintage »

FORD A
Image
PHOTO : http://www.club-obsolete-ford-france.com

L'Argentine, Buenos Aires ? Un port aux eaux boueuses moirées de fange et de gasoil, un cloaque qui devrait permettre aux audacieux de gagner la terre sans enfoncer.

BUENOS AIRES le Port en 1970.
Image
PHOTO : http://amerigeo.veille.inist.fr

Puis une fanfare de village qui jouait l'air de « La Rivière Kwaï » et, enfin, les acclamations d'un millier de fanatiques venus applaudir leur idole, Perkins, rescapé à la fois d'un splendide vol plané au Portugal et aussi d'une équipe Peugeot mystérieusement dévastée.
PEUGEOT 404 G Perkins / JF. Greene
Image
PHOTO : http://www.forum-auto.com tirée de la revue AUTOMUNDO

PEUGEOT 404 K. Haskell /D Paull / D Larson
Image
PEUGEOT 504 C R. Zicavo / A J Rodriguez / A A Verna
Image
PHOTOS : http://rcma.free.fr


Qu'est-ce qui a flanché chez Peugeot? Les voitures?... Les hommes?... Les deux simultanément ... Après la déroute des R 12 Gordini au Maroc, c'est la capitulation Peugeot.
Citroën évitera-t-il la fâcheuse passe de trois ?
Rien ne sert de courir, il faut moteur au point Léo LELIEVRE.
L’ennemi est bête, il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !Pierre DESPROGES. ImageImage

Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
olive
rare comme un V8 22CV
Messages : 6075
Inscription : mar. 4 mai 2010 15:53
Localisation : 78-Conflans ste Honorine
Contact :

Re: Récit complet Londres-Mexico Autojournal juin 1970

Message : # 137Message olive
mar. 11 mai 2010 00:39

Quoi qu'il en soit, tout ce beau monde a quitté Buenos Aires pour s'enfoncer vers le sud, avec deux « spéciales » sans trop de problèmes, cela pour rejoindre Bahia Blanca, port ignoré des esprits européens, point de départ de la ruée des voitures vers les Andes, vers le Chili, vers le Pacifique. Cette pampa, nous l'avons survolée en avion d'abord en altitude, puis a cinq mètres au-dessus de la route du rallye, dans une ruée à 200 km/h qui effaçait les dos d'âne sans écarter la présence du sol. Pas d'arbres, pas d'herbe, de la rocaille, une végétation grisâtre et ce ruban hallucinant qui file obstinément vers l'Ouest, vers des montagnes que l'on devine, mais qui ne se rapprochent jamais.

Image

Au pied des Andes, Bariloche est une station de sports d'hiver située sur les bords d'un grand lac dont les eaux se mouchètent de blanc lorsque les vents de la Cordillère se font pesants comme aujourd'hui.

Image
Le Détail !
Image
PHOTO : http://www.wallpaperweb.org



Ici l'hiver austral arrive, aussi vite que les voitures de tête qui traînent leurs écharpes de poussière entre les collines : tout à l'heure- lorsque nous frôlions leurs toits elles roulaient à 150-160 km/h mais maintenant, elles sont certaines d'être dans les temps de cette « spéciale » trans-patagonienne et elles terminent en souplesse à la grande déception des gauchos venus la pour admirer leurs successeurs.

DS21 IE de l'équipage Verrier / Murac
Image
PHOTO : http://www.forum-auto.com
Premier passage des Andes, le Chili Santiago, terminus de l'étape.
Tout le monde va se doucher, se coucher puis courir les filles, ces Chiliennes si jolies et tellement aimables que tous les Sud-Américains rêvent de s'établir à Santiago, ville d'autre part sans aucun intérêt.

Image
PHOTO : http://picasaweb.google.com/lh/photo/Xl ... wYBpaKzEoQ



Les états-majors font le point. Après la première bataille brésilio-uruguayenne, l'Argentine n'a rien apporté, sinon quelques certitudes. Les Ford sont nettement les plus rapides, suivies par les Triumph, puis par les Citroën vraiment très lourdes. Derrière, les BLMC font très honnêtement ce qu'elles peuvent tandis que les « Popofs » s'avèrent entêtés comme des mules.


Siantago, le 13 mai, il reste 43 véhicules.
Image
PHOTO : http://www.flickr.com/photos/paul_lowry/2151539297/


Triumph 2.5Pi World Cup Rally 1970 en vidéo :
http://vids.myspace.com/index.cfm?fusea ... id=3834691
Rien ne sert de courir, il faut moteur au point Léo LELIEVRE.
L’ennemi est bête, il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !Pierre DESPROGES. ImageImage

Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
olive
rare comme un V8 22CV
Messages : 6075
Inscription : mar. 4 mai 2010 15:53
Localisation : 78-Conflans ste Honorine
Contact :

Re: Récit complet Londres-Mexico Autojournal juin 1970

Message : # 138Message olive
mar. 11 mai 2010 00:59

ACTE III : LE CHILI ET L'ARGENTINE, PLUS LA BOLIVIE, UN TRIO DUR A DIGÉRER

Peu à peu, les échos des articles transmis de la caravane vers la France nous parviennent en retour, j'apprends ainsi que les Citroën ont été victimes d'un odieux sabotage ; au moins, si elles ne gagnent pas, on saura pourquoi et les Français pourront jouer les martyrs, rôle dans lequel ils ne sont pas sans se complaire.

DS21 IE de l'équipage Verrier / Murac
Image
PHOTO : http://www.forum-auto.com

L'étape Santiago-La Paz devait débuter par un morceau de choix : le passage des Andes par le col des Eaux Noires, 4800 mètres, des lacets incroyables, dominant des précipices vertigineux. Malheureusement, la neige est tombée d'abondance et comme il n'y a - parait-il - que sept chasse-neige en Amérique du Sud, capables d'effectuer ce travail, il ne pourra être dégagé en temps utile. Après une spéciale chilienne, le rallye montera donc vers Portillo qui vit le triomphe des skieurs français en 64, puis les voitures passeront en Argentine en empruntant un tunnel ferroviaire à voie unique.
On souhaite que les trains soient prévenus.

Image
PHOTO : http://www.forum-auto.com

Los Andes, une grosse bourgade chilienne étalée sur un plateau pré-andin, On y attend les voitures au soir de la spéciale et, comme par plaisir, des milliers d'enfants de tous âges paradent en rangs serrés dans l'avenue principale, faisant passer des frissons dans le dos à l'idée de la voiture trop pressée survenant à l'improviste... Les informations parviennent en même temps que les premières voitures. Hunter et sa Porsche surélevée, tellement bien préparée, est très en retard: ennuis d'allumage semble-t-il.

porsche 911s terry hunter / Geoff Mabbs
Image

Et puis, une mauvaise nouvelle : Coltelloni-Marang ont tapé dans la spéciale: ils arrivent au ralenti et il faudra effectuer une réparation de fortune sur la direction.
Pour changer l'élément, il sera nécessaire de démonter une DS d'entrainement, laissée par Trautmann à Lima, puis d'amener le tout à La Paz sur l’épaule d'un mécanicien et en finissant avec les douanes sud-américaines, toutes plutôt tatillonnes et qui manifestent une méfiance maladive à l'égard de tout objet allongé dont la destination ne leur parait pas évidente a première vue.

L'Argentine-Nord, puis le Sud de la Bolivie, c'est le début des extraordinaires hauts-Plateaux andins, perdus dans l'atmosphère ténue dune autre planète. D'effrayantes fractures sillonnent ces étendues désolées qui montent, montent.. 2 500. 3 000, 3 500, 4 000 mètres, avec de moins en moins d'oxygène. Pour vivre. pour conduire, pour se battre contre le temps qui passe, il faut foncer dans de longues lignes droites, les yeux perdus dans la poussière de la voiture qui précède, acharné à doubler mais obsédé par la hantise des ponts qui subitement réduisent la largeur de la piste de moitié. Et puis, il y a les précipices, cent mètres, cinq cents parfois, et ces cent de moyenne âpres lesquels on court sur la rocaille, sur quatre pneus aux flancs fragiles qui se dérobent, dans le roulement incessant des pierres qui lapident les entrailles blindées de la voiture La gomme s'use comme par enchantement, les plaquettes de freins disparaissent et les techniciens constatent que l'épaisseur des disques de freins diminue dans d'alarmantes proportions.

Image
Magazine MOTOR 8 mai 1970

L'équipe Brithish Leyland Motor Corporation.
Image
PHOTOS : http://picasaweb.google.com/JRChinn/WorldCupRally1970#
Rien ne sert de courir, il faut moteur au point Léo LELIEVRE.
L’ennemi est bête, il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !Pierre DESPROGES. ImageImage

Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
olive
rare comme un V8 22CV
Messages : 6075
Inscription : mar. 4 mai 2010 15:53
Localisation : 78-Conflans ste Honorine
Contact :

Re: Récit complet Londres-Mexico Autojournal juin 1970

Message : # 139Message olive
mar. 11 mai 2010 01:00

ESCORT SOUS BONNE GARDE

Image

Et cependant, cela casse moins qu'on le craignait, moins aussi que l'espéraient ceux qui jouent la carte de la robustesse. Le résultat final, on verra plus tard, mais, pour l'instant, l'assistance Ford, c'est déjà quelque chose d'extraordinaire.

Tous les moyens sont bons : à Santiago, au parc fermé, seul l'équipage a le droit de travailler sur les voitures. Qu'importe,trois Escort montées sur chandelles sont soigneusement rangées près des grilles derrière lesquelles sont massés les spectateurs. Parmi les têtes brunes, deux ou trois tignasses blondes : elles ne parlent pas l'espagnol mais l'argot de Birmingham et elles s'adressent aux pilotes, très attentifs :
« Bon, maintenant mon pote, tu fais sauter la goupille que tu as devant le nez et puis, après, tu prends une clé plate de 14... »

FORD Escort T. Makinen / G. Staepelaere
Image
PHOTO : Presse locale scan par Augusto Basigaluz, http://rcma.free.fr

Les mécaniciens de Ford n'ont pas le droit de pénétrer dans le parc mais ils téléguident absolument les pilotes, sous l'œil ahuri d'un technicien de Citroën qui nous dit :
« Moi, j'aurais peur de rouler sur des voitures bricolées de la sorte par des amateurs... »
Oui, d'accord, mais, en attendant, les Escort sont toujours là et en tête...

DS21 IE de l'équipage Verrier / Murac
Image

INDIENS POUR UNE AUTRE PLANÈTE


Confortablement adossé à un tas de cailloux, le reporter toutes altitudes assis sur une petite route rocailleuse contemple le monde et distingue trois bruits qui se perdent dans un ciel très grand, très clair, bondé d'immenses cumulus immobiles. D'abord, les battements de son cœur qui lui cogne dans les oreilles,.. 105 pulsations au repos, ce n'est pas normal. Il y a aussi cette toux sèche, fatiguée, incessante, qui vient d'une petite boule enfantine et cuivrée, couverte de haillons, accroupie pour l'épier au pied d'un muret à demi effondré et, enfin, le chant léger, très gai, d'une sorte d'alouette au-dessus des masures du village.
Image

La Bolivie est là. L'Amérique du Sud européenne, c'est bien fini et le véritable dépaysement commence, à 4 000 mètres d'altitude, dans un monde où l'oxygène est mesuré aussi chichement que le droit de vivre aux petits Boliviens. Les coureurs ont subi également la loi de l'asphyxie larvée.

A La Vina, à 80 kilomètres au sud de la frontière, Zasada est sorti de sa Ford pour pointer, il a titubé un instant et il s'est effondré. syncope. Au volant de la DS qu'il partage avec Verrier, Murac s'est endormi brutalement, sans amorce de coup de pompe.
Les cahots l'ont réveillé, il a poussé un cri en voyant une barrière foncer sur lui et il a ramené la voiture sur la route. Bilan : suspension endommagée, coque ébranlée... Il faudra rejoindre La Paz au ralenti, après une réparation qui a laissé Verrier épuisé, mais comme l'accident est survenu après la « spéciale » bolivienne, pas de pénalisation. Pour Coltelloni et Marang, l'affaire est plus grave, lls se battent contre la montre depuis leur sortie de route du Chili et, peut-être à cause de leur direction endommagée, ils ont encore touché trois fois. Dans des circonstances normales, leur DS serait abandonnée chez un casseur, mais Coltelloni a réussi quand même à l'amener jusqu'à La Paz. La mécanique martyrisée tremblote de toutes ses jointures disloquées et les hommes s'écroulent également. La mise hors course est évitée de justesse, mais Coltelloni s'effondre, il pleure, on le réconforte et ; ô miracle ! il revient à la voiture pour travailler avec les mécaniciens. Il repartira de La Paz.

Image
PHOTO Perso : Compte tours n° 103 d'aout 1998
Rien ne sert de courir, il faut moteur au point Léo LELIEVRE.
L’ennemi est bête, il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !Pierre DESPROGES. ImageImage

Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
olive
rare comme un V8 22CV
Messages : 6075
Inscription : mar. 4 mai 2010 15:53
Localisation : 78-Conflans ste Honorine
Contact :

Re: Récit complet Londres-Mexico Autojournal juin 1970

Message : # 140Message olive
mar. 11 mai 2010 01:01

Nous avons vu passer les « durs » au volant de ces engins qui n'ont d'Escort que le nom et l'aspect, mais qu'ils conduisent supérieurement bien, sous la houlette d'une assistance digne d'une armée en campagne. C'est un ballet où, tour à tour, chacun prend l'avantage. Mikkola reste premier au classement, mais Aaltonen, Makinen et Zasada font des prouesses au cours de chaque étape spéciale.

Chez Triumph, la tristesse règne : en Argentine, Cowan a plongé de 20 mètres de haut dans un trou béant et on ne sait rien de précis concernant l'équipage. Pourtant, Culcheth et Hopkirk demeurent accrochés aux places d'honneur.

Triumph 2.5 PI N°92 XJB303H Equipe E.GREEN/J.MURRAY/H.CARDNO ; engagée par BLMC et le magazine MOTOR ; Moteur cassé suite accident.
Triumph 2.5 PI N°98 XJB302H Equipe P.HOPKIRK/T.NASH ; engagée par BLMC et Football Association ; 4eme
Image
Photo : http://www.forum-auto.com

Les Russes ont perdu Astafiev, accidenté lui aussi, mais les autres continue, et sans défaillir, bien rangés dans leurs boites tressautantes.

Moskvitch 412 S. Teniphev / V. Kislyth / V. Shirochenkov
Image
PHOTO : http://www.forum-auto.com

Chez les dames, enfin, Claudine Trautmann et Colette Périer accentuent peu à peu leur avance sur Rose-Mary Smith.

Citroën DS 21 Carbu équipage Claudine Trautmann/Colette Périer
Image

Image
PHOTOS : Presse locale scan par Augusto Basigaluz, http://rcma.free.fr

Austin Maxi Rosmary Smith / Alice Watson / Ginette Darolland
Image
PHOTOS : http://www.forum-auto.com
Les uns après les autres, ils ont traversé le village de Calamarca où nous sommes et ils se sont enfoncés dans la foule bolivienne qui les attend dans les faubourgs de La Paz. Ici. finie l'indifférence du Brésil, de l'Uruguay et du Chili ; c'est l'enthousiasme populaire, un débordement primitif qui jette les hommes au devant des voitures, afin qu'ils puissent ensuite montrer aux femmes admiratives leurs haillons déchirés par un contact plus ou moins brutal.

Au passage de la BMW 2002 no 29, conduite par le Bolivien Bendek, les enfants agitent des drapeaux et jettent du riz - et c'est cher le riz en Bolivie - en signe de fête ;

BMW 2002 TI W. Bendek / D. Hubner / J. Burgoa
Image

tout aussi joyeusement, d'autres jettent des pierres et Patrick Vanson aura le pare-brise de sa DS fêlé ainsi qu'une glace cassée...

Tout La Paz est là, étalant la misère d'une multitude et la richesse de quelques-uns. La Garde nationale est là également et elle charge sauvagement.

ET S'IL N'EN RESTAIT QU'UN ?

La capitale Bolivienne offre un spectacle saisissant. Elle est bordée par le « Alto Plano »,le haut plateau, absolument désolé, sans arbres, seulement enrichi par ses horizons merveilleux de sommets enneigés. Et puis, voilà qu'au milieu de ce désert s'ouvre un immense trou, un cirque profond de près d'un millier de mètres.
La PAZ en 1970 :
Image
PHOTO : http://www.memoireonline.com

La Paz s'y étale, en gradins géants. Contrairement à l'usage, les beaux quartiers sont au plus bas et ils sont surmontés d'une couronne bidonvillesque auprès de laquelle Nanterre ressemble à Neuilly,

La PAZ, les Bidonvilles, aujourd'hui.
Image
PHOTO : http://www.larousse.fr

Pour quelle raison les riches sont-ils en bas ? C'est simple : on y respire mieux en raison de l'altitude plus basse...

Muré dans ses 80 % d'analphabétisme et dans sa vertigineuse mortalité infantile, le petit peuple indien sait cependant que son espérance de vie ne dépasse pas 32 ans et il vient applaudir les voitures de la course pour s'enivrer du bruit des moteurs et de la vision fugitive de ces êtres d'une autre planète, tout comme il se grise à l'ordinaire du mauvais alcool de grain qu'il distille...
Rien ne sert de courir, il faut moteur au point Léo LELIEVRE.
L’ennemi est bête, il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !Pierre DESPROGES. ImageImage

Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
olive
rare comme un V8 22CV
Messages : 6075
Inscription : mar. 4 mai 2010 15:53
Localisation : 78-Conflans ste Honorine
Contact :

Re: Récit complet Londres-Mexico Autojournal juin 1970

Message : # 141Message olive
mar. 11 mai 2010 01:02

ACTE IV : DE LA PAZ A LIMA OU LA MORT DES ESPÉRANCES DANS LE PLUS BEAU DÉCOR...

René Trautmann nous l'avait bien dit :
- La course se jouera dans la « spéciale » péruvienne Cuzco-Huancayo !...
Il avait raison, mais les Citroën ont malheureusement fait les frais de l'opération :

DS 21 IE P.Coltelloni / I. Marang
Image
DS 21 Carbu R.Trautmann / JP. Hanrioud
Image
PHOTOS : http://www.forum-auto.com

- Verrier-Murac : bras de suspension arrière droit arraché, impossible de réparer à temps, abandon avant de rejoindre Lima à 40 km/h où ils arriveront douze heures après les concurrents.

- Neyret-Terramorsi : piston percé; peut-être ont-ils voulu mettre trop d'avance, afin de récupérer une partie de la puissance volée par l'altitude (10 % de baisse par 1000 mètres). La DS n'aime pas ce genre de taquineries et elle le prouve une fois de plus : abandon..,

Il reste donc trois voitures au double chevron :
- Vanson-Turcat-Leprince, dont la voiture menée en souplesse, est encore très fraîche. lls se retrouvent sixième, mais à deux heures du cinquième, le Finlandais Makinen, sur Escort...




- Claudine Trautmann-Colette Périer, dixièmes, qui ont maintenant trois heures d'avance sur leurs rivales britanniques. Leur voiture est OK. également, après qu'un mécano dut versé malencontreusement de l'essence dans le réservoir avec une pompe dont le corps contenait un bon litre d'eau. Il a fallu une heure pour tout rincer, mais le gag ne s'est pas terminé en drame.

Image
PHOTO : Presse locale scan par Augusto Basigaluz, http://rcma.free.fr

- Coltelloni-Marang : ils sont toujours là.

DS 21 IE P.Coltelloni / I. Marang
Image
PHOTO : Presse locale scan par Augusto Basigaluz, http://rcma.free.fr

Devant, les Ford Escort caracolent et, dès maintenant, il faut reconnaître que, sauf coup de théâtre - d'ailleurs toujours possible 8000 km avant l'arrivée - elles ont gagné. Elles sont très nerveuses, légères, et leurs performances sont telles que, dans la « spéciale » de Cuzco, Makinen, arrêté trois fois par des ennuis de suspension arrière assez graves, s'est permis à chaque fois de redoubler Vanson qu'il connaît bien, en le saluant d'un geste de main amical. Dire que l'assistance technique Ford accomplit un travail prodigieux, devient un lieu commun. Quelle ne fut pas, par exemple, la surprise de Vanson de découvrir, plantée sur le bord de la route, en pleine nature, une grande pancarte sur laquelle il était écrit en anglais :
« Voiture 46 (celle d'Aaltonen), attention, à cinq miles, l'élément de suspension avant droit que vous avez demandé ! »
Où allons-nous si les coureurs commencent à se faire livrer des éléments de suspension dans la Cordillère des Andes, tout comme une
bonne bourgeoise de chez nous se fait apporter des huîtres à domicile ?... '

Image
PHOTO : Presse locale scan par Augusto Basigaluz, http://rcma.free.fr
Rien ne sert de courir, il faut moteur au point Léo LELIEVRE.
L’ennemi est bête, il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !Pierre DESPROGES. ImageImage

Répondre

Revenir à « Le Citrojournal. »